Le boom des documentaires sur des procès célèbres

Le boom des documentaires sur des procès célèbres

En mars 2019, M6 a réussi à réunir devant l'écran 1,79 million de téléspectateurs grâce à la diffusion du célèbre documentaire judiciaire Michael Jackson : Leaving Neverland. Ce chiffre impressionnant est pourtant en deçà des attentes de la télévision généraliste française.

En effet, l'attrait pour les sagas judiciaires n'a cessé d'augmenter depuis la sortie de la première série true Crime Un coupable Ideal en 2002.

17 ans de popularité exponentiellement croissante

Lorsqu'il allait, en décembre 2001, appeler le 911 pour informer de la découverte du corps sans vie de sa deuxième épouse Kathleen, Michael Peterson ne savait pas qu'il contribuerait indirectement à la création d'un nouveau genre de documentaire judiciaire qui allait être très populaire.

Grâce au True crime en effet, les documentaires sur les procès célèbres ont vu leur taux d'intérêt auprès des téléspectateurs augmenter d'une manière exponentielle. HBO et Canal+ a flairé le bon coup en sollicitant à Jean-Xavier de Lestrade la réalisation d'un film de deux heures sur cette affaire. Leur choix est compréhensible sachant que le réalisateur était à la source du premier œuvre catégorisé True Crime ayant reçu un Oscar : Un coupable Idéal.

La confiance des avocats et de la famille Peterson a par ailleurs facilité les tâches du Français qui est parvenu, en 2004, à faire sortir 8 épisodes de 45 minutes d'une série documentaire de référence en la matière intitulée Soupçons. Après la libération sous caution de l'écrivain en 2013, un nouveau volet a pu être réalisé et n'a pas manqué d'attirer un très large public à la télévision.

O.J Simpson comme préparateur du terrain malgré lui

La diffusion accompagnée d'une totale réussite de la série documentaire dédiée à l'affaire Michael Peterson a permis de découvrir ce qui se cache derrière les visages d'innocents de téléspectateurs. Ces derniers sont de plus en plus lassés par les séries policières de fictions qui se divisent en plusieurs épisodes se terminant toujours par la résolution d'une affaire. Influencés par la téléréalité, ils sont de plus en plus nombreux à délaisser NCIS, CSI ou Bones pour des documentaires judiciaires.

À noter cependant que pour trouver l'origine de ce constat d'engouement croissant des téléspectateurs pour ce type de documentaire, il faut remonter à juin 1994. Le 7 de ce mois en effet, la course-poursuite de l'acteur et ex-star du football O.J Simpson avec la police était diffusée directement à la télé.

Celui était en effet le suspect n°1 des meurtres de son ex-femme Nicole et de son ami Ronald Goldman. Deux décennies plus tard, cette affaire continue toujours d'inspirer auteurs et réalisateurs, étant à la base, entre autres, du documentaire judiciaire oscariséO.J. : Made in America.

Pourquoi tant d'intérêts ?

De nombreux spécialistes se sont penchés sur les raisons qui poussent le plus grand nombre à raffoler des documentaires sur les procès judiciaires, notamment ceux relatifs à des affaires criminelles. Cela a permis d'en sortir quelques hypothèses. La première d'entre elles est notre besoin de dompter nos peurs et nos craintes, sans toujours passer par la case visionnage de film d'horreur.

Il s'agit aussi d'une manière de nous plonger d'une façon plus réelle à l'univers des fictions policières et notamment de comprendre les raisons du prolongement des procès et celles de la non-résolution de certaines affaires. Ne nous voilons également pas la face, car les documentaires sur les procès célèbres constituent également pour nous un moyen de satisfaire le voyeur en nous à travers des affaires criminelles touchant des personnages connus ou issus de l'élite.

Le maximum d'audience enregistré à chaque diffusion de The Jinks, de Inside Look : The Assassination et de Unsolved en constitue la plus grande preuve.

Nos Sujets